Festival de Gastronomia Francesa mardi, Juin 23 2009 

Todo mundo de olho na programação do Ano da França no Brasil? Aqui em Belém tá excelente, e esta semana mais deliciosa ainda. Tá rolando até a sexta-feira dia 26 um festival gastronômico no Hilton Hotel, contando com a garbosa arte de Alain Tortosa, chef que trabalhou com Paul Bocuse. O sistema do festival é de bufês, diferentes a cada dia, a R$55 por pessoa. No dia 27 ainda vai rolar uma oficina de culinária com degustação. Para participar da oficinas, os interessados deve se inscrever na Aliança Francesa (tv. Rui Barbosa, 1851). para alunos da Aliança, a oficina sair por R$100, e para os demais, R$120.

Alors, bon appétit!

Publicités

Bonne fête de la Saint-Jean à tous! mardi, Juin 23 2009 

Amanhã é festa de São João, e essa festa também é muito forte na Europa, sabiam?

La fête de la Saint-Jean, traditionnellement accompagnée de grands feux, est la fête de Jean le Baptiste. Elle a lieu le 24 juin, proche de la date symbolique du solstice d’été (20 ou 21 juin). La nuit est encore très courte, et de ce fait plus propice à une fête durant jusqu’au matin. (source: Wikipédia)

E este post começou com uma dúvida inocente em minha cabecinha: que diabos quer dizer « annariê »? Vocês também não sabem? Pois saberão, e saberão até mais, porque achei também a palavra « alavantu ».

Quem tirou minha dúvida foi a Clotilde Tavares:

– anarriê: « en arrière »

– alavantu: « en avant tous »

Esta última eu matei! ; )

Accord du participe passé des verbes pronominaux lundi, Juin 22 2009 

Aprendi algumas coisas interessantes sobre o accord du participe passé, matéria que eu estava revisando com meus alunos, e achei no site synapse-fr uma página muito legal que explica bem alguns detalhes sobre essa concordância.

Les verbes pronominaux se conjuguent avec l’ auxiliaire « être« . Mais certains pronominaux dits « réfléchis » (le sujet fait l’action sur lui-même : Il se lave) et « réciproques » (plusieurs sujets font l’action les uns sur les autres : Ils se réconcilient) sont parfois transitifs directs et assimilés avec les verbes se conjuguant avec l’ auxiliaire « avoir » (accord avec le complément d’objet direct si celui-ci précède).

Devant les pronominaux réfléchis et réciproques il convient de chercher et de situer le complément d’objet direct. Celui-ci peut être :

le pronom réfléchi : Elle s’est blessée = Elle a blessé qui? (souvenez-vous : le verbe est traité comme s’il était conjugué avec « avoir », donc la question se pose avec l’auxiliaire « avoir »), elle a blessé qui? = « se » mis pour elle-même = COD placé avant = accord.

– un élément autre que le pronom réfléchi : celui-ci peut être placé après et il n’intervient pas dans l’accord (Elle s’est blessé la main). Mais il peut être placé avant et force l’accord (La main qu’elle s’est blessée).

S’il n’y a pas d’objet direct le participe est invariable (Ils se sont succédé, par exemple, répond à la question « à qui? » c’est un objet indirect).

Notez : les règles et les exceptions concernant l’accord du participe passé conjugué avec « avoir« , s’appliquent pour les pronominaux réciproques et réfléchis : en particulier, lorsque le verbe est précédé d’un collectif ou nom de fraction, lorsqu’il est en rapport avec « le peu », précédé de « en », suivi d’un infinitif, etc.

En dehors des cas ci-dessus qui concernent les réfléchis et les réciproques, le participe passé des verbes pronominaux s’accorde avec le sujet. Soit que le pronom réfléchi ne soit pas analysable, soit que le verbe soit transitif indirect ou intransitif.

Elles se sont échappées.
Ils se sont repentis.
Ces fruits se sont bien vendus.
etc.

Source: http://www.synapse-fr.com/manuels/PP_PRONO.htm

« Home » lundi, Juin 15 2009 

Home, de Yann Arthus-Bertrand

Home, de Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand é um jornalista, fotógrafo e ambientalista francês que está encantando o mundo desde 5 de junho, mostrando um retrato de nossa casa, nosso planeta (que em francês é feminino, « la planète », o que dá, na minha opinião, aquela conotação de Mãe Terra), com muita doçura. Ainda não terminei de ver (disponível integralmente no youtube!), mas já vi o suficiente pra me apaixonar. Filmado totalmente « do ar » (un film 100% aérien!), as imagens conquistam. C’est un film évènement, como diz o artigo do Petit Journal, lançado mundialmente em DVD, em sessões de tv e até mesmo ao ar livre, como no Champ de Mars (Paris) e na Trafalgar Square (Londres), sem falar na internet. Vale a pena!

Notícia triste lundi, Juin 8 2009 

Aqui jaz...O estudo do francês perdeu uma ferramenta pedagógica incrível. Os cantores amadores francophones também. O paroles.net, o site mais completo de letras de música francesa, c’est fini. Tudo por causa do problema legal para difusão de letras pela Internet. Segundo o « epitáfio » lastimoso no site, não há solução na França para a remuneração dos direitos autorais. Ora, se não há solução, solucionado está… Laissez passer…

Bom reproduzo aqui o tal epitáfio:

« Site fermé.

Le site Paroles.net a définitivement fermé ses pages. Il n’existe pas à ce jour en France de solution permettant la diffusion légale des paroles de chansons sur Internet et les rémunération des auteurs ou ayants droits.

PS: Em tempo: gostaria muito de saber como é a inscrição num túmulo em francês. Como é « Aqui jaz… » Bati perna no Père Lachaise mas nem pensei em prestar atenção nisso. Alguém sabe?

Roger Federer: « C’est tellement magique » lundi, Juin 8 2009 

Meu queridinho Roger Federer finalmente venceu o torneio de Roland Garros! Um dos maiores tenistas de todos os tempos, sem sombra de dúvida. Hoje eu trago pra vocês uma entrevista com ele no jornal L’Équipe. A entrevista é longa, mas muito bonita e interessante. É bom ver um atleta superior que é inteligente, paciente, que reconhece o valor do principal adversário (Rafael Nadal, pois reconhece que suas chances aumentaram quando Nadal foi eliminado) mas nem por isso alimenta a falsa modéstia que é o ingrediente dos fracos. Fingir que não acredita que é bom só leva um atleta a não suportar a pressão e perder.

«Roger Federer, comment avez-vous vécu ce match ?
Je m’attendais à un match difficile car Robin (Söderling) a très bien joué et c’était la finale de Roland-Garros, un tournoi que je n’avais pas encore réussi à gagner, je connaissais la difficulté de ce match. J’espérais bien démarrer, ce que j’ai fait, et cela m’a permis de me détendre. Le deuxième set a été la clef, je ne lui ai pas donné beaucoup d’occasions sur mon service et j’ai disputé un des meilleurs tie-breaks de ma carrière avec ces 4 aces. Mentalement, c’était très difficile pour moi de rester dans le match. Mon esprit était toujours en train de se dire « Que va-t-il se passer si je gagne ? Quelle signification aurait une telle victoire ? Qu’est-ce que je vais dire ? » Cela n’arrêtait pas de trotter dans ma tête. J’étais très nerveux au début du troisième set, je me suis rendu compte que j’étais tout près. J’étais donc très nerveux, et vous pouvez imaginer à quel point le dernier jeu était difficile.

Roger Federer, très ému, et Andrea Agassi

Roger Federer, très ému, et Andre Agassi au fond

Pouvez-vous nous raconter ce dernier jeu ?
Je n’ai jamais peur de servir pour le match ou le set. C’est difficile, mais je me suis toujours dit que le meilleur sert pour le match à la fin. Là, c’était très émouvant. J’ai espéré passer quatre services, qu’il fasse quatre fautes et c’est fait. C’est le scénario idéal, mais je savais que ce n’était pas ça qui allait arriver. J’ai essayé de rester agressif et intelligent sur mes choix. J’ai un peu retenu mes coups, à l’image de la volée de coup droit que je rate à 30-30. Ce sont des choses tellement difficiles lors de ces moments-là. Mentalement, j’étais tellement ailleurs. Je ne me voyais pas encore gagner, mais j’étais déjà content d’être dans cette situation. Il fallait rester calme. J’ai réussi à le faire. C’était un moment tellement magique qu’il est difficile de décrire pourquoi et comment.

Tennistiquement, comment analysez-vous le match ?
Quand j’ai analysé ses matches, j’ai vu avec Seve (Ndlr : Severin Lüthi, son entraîneur) qu’il avait joué contre des adversaires qui étaient très loin derrière leur ligne de fond. Cela lui laissait le temps de se mettre en place et d’utiliser ses grands coups. J’avais l’impression que ses adversaires le laissaient trop jouer. Je n’ai jamais connu de vrais problèmes pour relancer son service, je savais donc que j’allais pouvoir entrer dans les échanges. C’était important de faire un match de dur contre lui, avec certains avantages de terre battue.

Quelle a été votre première pensée quand la balle de Söderling est sortie ?
J’espère qu’elle ne passe pas (sourires). Elle était tellement courte. J’ai espéré l’ace ou le surprendre, il était quand même là, mais il a boisé son retour et je ne voyais pas très bien si elle passait. Quand c’est fini, je ne sais pas si je vais faire le tour du terrain, m’écrouler ou rien faire. J’avais souvent la même réaction de me mettre à genoux. C’est arrivé la première fois quand j’ai battu Sampras en 2001, il me semble que c’est la même scène. C’est quelque chose qui reste avec moi. C’est la meilleure façon pour moi de m’exprimer et de ressentir la victoire.

Aviez-vous imaginé cette victoire ?
Je ne me suis jamais vu gagner Roland-Garros. Mon rêve d’enfant était d’être à genoux à Wimbledon sur gazon. Ici, j’ai espéré que cela se réalise mais je n’avais pas d’image de victoire. Après avoir vu Rafa gagner, j’espérais que cela m’arrive un jour.

Est-ce que votre longue attente pour gagner Roland-Garros donne une saveur particulière à ce titre ?
C’est vrai que la satisfaction est encore plus grande avec l’attente. Le premier Wimbledon en 2003 est un choc. Après, on connaît la victoire, la gestion de la pression, l’arrivée sur le court central, les conférences de presse, les sponsors. Etre riche, connu, la vie change après la première victoire en Grand Chelem. C’est complètement différent. Mais la satisfaction est énorme aujourd’hui de remporter Roland-Garros après avoir été tellement près plusieurs fois d’affilée. C’est le moment optimal.

Après la défaite de Rafael Nadal, avez-vous pensé que c’était votre année ?
Je savais que mes chances étaient plus grandes que les années précédentes parce que le record de Nadal est dur pour moi, surtout sur terre battue, même si je venais de le battre à Madrid. Je savais que mes chances augmentaient s’il n’était plus dans le tournoi. Mais je n’étais pas content de sa défaite, ce n’est pas mon genre. C’est important d’avoir du respect pour Rafa et ce qu’il a réussi à accomplir ces quatre dernières années. Il n’avait jamais perdu ici et c’est un record exceptionnel. Cela montre à quel point il est difficile de gagner un tournoi à cinq reprises. Je le sais parce que je l’ai fait à l’US Open et à Wimbledon. C’est difficile. J’étais déçu pour lui et je savais que c’était une grande occasion pour moi. En même temps, cela a augmenté la pression. Le jour de sa défaite, cela n’a pas changé beaucoup de choses pour moi. Mais au final, oui car j’affronte Söderling et non Nadal.

Est-ce la semaine la plus longue de votre vie après l’attente générée par l’élimination de Rafael Nadal ?
C’était deux ou trois semaines difficiles, surtout la dernière semaine. J’ai eu l’impression de jouer quatre finales, contre Haas, Monfils, Del Potro puis Söderling. La pression était tellement extrême, les gens souhaitaient tellement que je gagne. C’est difficile de gérer tout cela. C’est pour ça que je suis très fatigué à cet instant précis. Je pense que cela va me prendre un peu de temps d’accepter cette victoire parce qu’elle est finalement un peu surprenante. La sensation était formidable et incroyable. Je pense donc que cela va me prendre un peu plus longtemps que d’habitude de réaliser.

Avez-vous vu des signes, durant cette quinzaine, que c’était votre année ?
Oui. Mes victoires contre Acasuso et Haas m’ont donné un certain feeling. Je me suis dit que cela pouvait être la bonne année. C’est aussi le moment où Rafa a perdu et Djokovic un peu avant. Cela me laissait davantage d’espoirs. J’ai connu des moments où je suis passé tellement près de la défaite que je me suis dit que c’était vraiment comme Agassi lors de sa victoire en 1999. Ce n’est pas qu’on est chanceux. Mais il faut mettre les chances de son côté. Quand je regarde aussi avec quelle intensité je me suis entraîné pour Roland-Garros, tout est venu au bon moment. Réussir à prendre les bonnes décisions lors des moments clés m’a montré que cela pouvait être la bonne année. Mais on n’a jamais une garantie. Si l’autre (Ndlr : le spectateur qui a surgi sur le court) me casse la jambe aujourd’hui sur le court, ce n’est peut-être pas la bonne année (sourires). Il fallait attendre.

Avez-vous douté de votre capacité à gagner Roland-Garros ?

J’ai toujours cru en mes chances ici même si j’ai perdu à quatre reprises de manière serrée. J’ai toujours pensé que j’aurai ma chance jusqu’à mes derniers jours de tennisman. Je suis un trop bon joueur pour ne pas avoir ma chance.»

* Grand Chelem= Grand Slam.

L’Occitane à Belém! samedi, Juin 6 2009 

Minha gente, tô toda besta de tão feliz: abriu uma loja da L’Occitane aqui em Belém!

L'Occitane na Braz de Aguiar

L'Occitane na Avenida Braz de Aguiar

A loja foi inaugurada esta semana, e a franqueada é Tammy Yamada, arquiteta, que deu seus toques ao design vencedor da L’Occitane. A loja tem 46 m2, e aí vocês já sabem, aquele interior que é um encanto, dentro dos padrões de lojas L’Occitane, puro bom gosto.  Fica bem no finalzinho da Braz, pertinho da Serzedelo, num trecho que não é muito difícil de estacionar: beleza!

Na foto, destaque para as linhas de Thé Vert e Ruban Orange, a minha favorita Rose, além de Fleurs de Cerisier e Lavande.

O atendimento é excelente. Além de cordiais e simpáticas, as vendedoras são bem-informadas sobre os produtos. O clima geral entre as clientes presentes era de « graças-a-deus-vocês-chegaram »! (rs)

De minha parte, a alegria é imensa: uma das poucas coisas que eu sentia falta de São Paulo, já posso riscar da minha listinha!

Como eu não sou boba nem nada, fiz umas comprinhas bem legais, e a dificuldade pra escolher foram muitas, é claro! Da linha Rose, o Gel Douche ficou me tentando. Estou namorando um Gel Douche, ou Mousse de Bain (tenho o de Miel & Citron, delícia), mas acabei me rendendo à linha Huile d’Olive, na qual eu ainda não tinha investido.

Caí de amores por um kit Visage, com Nettoyant, Exfoliant e Contour des Yeux, que tava com precinho especial. Não pude sair sem um Bonne Mère, claro, e desta vez trouxe o de Tilleul, além de um sabonete Miel & Citron, um dos primeiros produtos L’Occitane que conheci, quando, há alguns anos, fui definitivamente conquistada!

Minhas compras

Minhas compras

A autora deste blog declara que está feliz que nem pinto no lixo, daquele jeitinho que só o cheiro de uma L’Occitane pode nos deixar! ; )

Un peu plus sur la tragédie du vol Rio – Paris jeudi, Juin 4 2009 

L’armée brésilienne a retrouvé hier (mardi 2 juin), des débris de l’avion d’Air France. Nelson Jobim, Ministre de la Défense  a précisé, lors d’une conférence de presse à Rio de Janeiro, que l’armée de l’air avait détecté « une frange de cinq kilomètres de débris d’avion ». Il a ajouté qu’il ne fait aucun doute que ces débris sont ceux de l’avion d’Air France. Les causes de la catastrophe demeurent cependant toujours aussi obscures. Les recherches des boîtes noires pourraient prendre très longtemps en raison de la superficie et de la nature de la zone de explorée : l’équivalent de la Cordillère des Andes sous l’eau. Les boîtes noires peuvent émettre jusqu’à un mois à 6.000 mètres de profondeur. Aucune hypothèse sérieuse n’a pu être avancée jusqu’à présent. Air France a envoyé une équipe de soutien pour assister les familles des victimes brésiliennes. José Alencar, Vice -Président de la République du Brésil, a décrété trois jours de deuil national en hommage aux victimes de l’accident.

Constance Dewavrin Lupinacci (http://www.lepetitjournal.com – São Paulo) mercredi 3 juin 2009

Source: Le Petit Journal

Les amours, les délices, les orgues jeudi, Juin 4 2009 

Vocês sabiam que essas três palavras mudam de gênero, de acordo com o número? Complicou?

É o seguinte: l’amour, c’est masculin, et aussi le délice et l’orgue. Mais c’est trois mots sont FÉMININS au pluriel! É isso mesmo que nos explica nosso contribuinte do dia, Monsieur Pardon, também conhecido como Thiago Pérez. Suas fontes são múltiplas, incluindo gramáticas e excelentes professores, entre eles o digníssimo mestre que dá nome a este blog, Monsieur Jean Briant. Vamos lá!

On distingue le genre grammatical, pour les objets, et le genre naturel, pour les humains et les animaux. Le genre naturel peut-être masculin (ou non marqué, ou extensif), féminin (ou marqué, ou intensif) ou épicène. Certains noms changent de genre en passant du singulier au pluriel..
  • Sont masculins

aconit, aéronef, albâtre, alvéole, amalgame, ambre, antidote, antipode, antre, apogée, aréopage, armistice, asphalte, astérisque, augure, auspices, chrysanthème, éclair, effluve, emblème, éphémère, équinoxe, girofle, haltère, hémisphère, hyménée, ilote, jade, lignite, nimbe, obélisque, opprobre, ovule, pétale, planisphère, sépale, tentacule, tubercule…

  • Sont féminins

acné, acoustique, alcôve, algèbre, anagramme, antichambre, arrhes, atmosphère, autoroute, azalée, campanule, décalcomanie, ébène, échappatoire, écritoire, épigramme, épitaphe, équivoque, escarre, icône, interview, nacre, oasis, octave, orbite, oriflamme, réglisse, scolopendre…

  • Sont épicènes

acrobate, architecte, artiste, camarade, concierge, élève, enfant, secrétaire….

– une girafe mâle…
Épicène
Se dit d’un adjectif, d’un nom ou d’un pronom qui a un double genre (masculin et féminin) ou dont la forme ne varie pas avec le genre.
– enfant, concierge, élève,…
  • Changent de genre

Certains noms sont masculins au singulier et féminins au pluriel :

– amour, délice, orgue.

  • Gens
Le genre de gens peut varier suivant la construction de la phrase.
Quand gens est accompagné d’un adjectif placé après lui, ce dernier est du masculin :
– les gens mal informés…
Quand l’adjectif est placé immédiatement avant, il est du genre féminin :
– les bonnes gens…
– toutes les vieilles gens…
Dans les cas d’adjectifs ou pronoms placés avant et après gens, ceux placés avant gens prennent aussi le féminin, tandis que ceux qui le suivent restent au masculin :
– toutes ces bonnes gens sont ennuyeux…
– ces petites gens d’entre lesquels je suis sorti…
mais :
– tous les gens sensés…
– tous ces gens-là…
– tous les braves gens…
– qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens…
– instruits par l’expérience, les vieilles gens sont prudents….
– de curieux jeunes gens…
Merci, Thiago!

La tragique disparution de l’avion d’Air France lundi, Juin 1 2009 

Acidentes aéreos sempre podem se tornar eventos extremamente trágicos, pela quantidade de potenciais vítimas envolvidas. Este caso parece ainda mais fantástico por causa da sumiço do avião, que pode ter sido atingido por um raio e se desintegrado. C’est presque incroyable…

Lisez plus ici, sur Le Monde.

Page suivante »