Pronoms COI x Pronoms EN/Y vendredi, Sep 16 2011 

Existe uma questão gramatical que deixa muitos alunos de cabelo em pé, e que nem sempre é bem explicada nos métodos de FLE (Français Langue Étrangère). Primeiro você aprende os pronoms Complément d’Object Direct (me, te, le-la-l’, nous, vous, les), depois você aprende os pronoms Complément d’Object Indirect (me, te, lui, nous, vous, leur), não é mesmo?

Daí, quando chegam os multifacetados pronoms « en » et » y » você descobre que eles também podem ter função de complément d’objet! « En » substitui complementos precedidos da preposição « de », e « y » substitui os complementos com « à ». E agora? Como saber em quais casos você usará qual pronome?

Tout d’abord, é muito importante não confundir objeto com outros tipos de complemento, como o de lugar. Objeto é o elemento que responde à pergunta « o quê? » que se faz ao verbo. Mais ou menos assim:

  • J’adore ce livre ! [J’adore quoi ? Ce livre ! É o objeto.]
  • Je l’adore ! [Objeto substituído por pronom COD.]

Ao passo que…

  • Nous allons à Lyon. [Nous allons où ? À Lyon. É um complemento de lugar.]
  • Nous y allons. [O pronom y tem função de complemento de lugar.]

E quando é um objeto indireto, ele é precedido de preposição.

  • Marc téléphone à Babette. [Il téléphone à qui ? À Babette. É o objeto indireto.]
  • Marc lui téléphone. [O objeto indireto foi substituído por um pronom COI.]

No caso do pronom « y », por exemplo, além de complemento de lugar ele pode substituir um complemento verbal, desde que não seja uma pessoa.

  • Je pense à mes vacances. – J’y pense.
  • Je pense à mes parents. – Je pense à eux. [á eux = preposição + pronom tonique, o que se chama de pronom disjoint.]

Como então saber se o verbo pede pronom COI ou pronom « y »? Basicamente verbos que exprimem algum tipo de comunicação, interação, troca, reciprocidade entre o sujeito e o objeto, estes usam pronom COI,

  • téléphoner à quelqu’un: Je lui téléphone.
  • envoyer quelque chose à quelqu’un (verbe ditransitif, tem dois objetos, um direto e um indireto): Je le lui ai envoyé.
  • obéir à quelqu’un: Nous leur obéissons.

E os verbos que aceitam como complemento coisa ou pessoa e que não exprimem interação usam « y » ou pronoms disjoints.

  • renoncer à quelqu’un ou à quelque chose: Je renonce à lui. J’y renonce.

Attention ! Verbos pronominais sempre usam pronoms disjoints, nunca COI!

  • se plaindre de quelque chose à quelqu’un: Je m’en plains à toi.

Vous avez saisi ? Outro dia conversaremos mais sobre isso! 😉

Publicités

Car x Parce que: la subordination et la coordination mercredi, Nov 18 2009 

Estava eu hoje procurando alguma ajuda na Internet para dar uma aula sobre les articulateurs du discours, na qual eu precisaria falar aos alunos sobre propositions subordonnées et coordonnées, e me deparei com uma página que me deu um clique sobre a diferença de uso entre o « car » e o « parce que ». Não sei se vocês também tinham dificuldades de entender porque car é coordonnée e parce que é subordonnée, mas eu tinha, puisqu’on m’avait appris qu’ils étaients comme des synonymes.

Mas é que não é bem assim. Confesso (e provavelmente muitos de vocês vão morrer de rir da minha inocência neste momento) que eu nunca tinha me dado ao trabalho de traduzir o car, o que teria de cara facilitado a minha vida.

  • Car = POIS

Et voilà tout! Isso explica a maior parte do problema. Mas se vocês querem saber mais, continuem a ler. A fonte está indicada no final deste post:

Les différences spécifiques qui existent entre les conjonctions car et parce que ne sont pas toujours claires pour bon nombre d’usagers de la langue, et l’idée qu’on s’en fait est souvent plus empirique que rigoureuse. On a l’impression que ces deux conjonctions sont des synonymes qui s’équivalent – ou le devraient –, puisque chacune d’elles marque la cause ; pour cette raison, on comprend mal que l’une agisse comme coordonnant et l’autre, comme subordonnant ; enfin, pour des raisons qu’on ne saurait expliquer, on considère que l’emploi de car présente moins de complications que l’emploi de parce que.

Les différences entre car et parce que sont bien réelles, mais elles ne sont pas si simples à définir. Nous tentons ici quelques explications, sans apporter une solution définitive. La question reste ouverte à la réflexion…

Jules a été congédié parce qu’il a fraudé son employeur.

La conjonction parce que introduit une subordonnée, qui se présente comme la cause directe de ce qui précède. Du point de vue du modèle de base, cette subordonnée fait partie du niveau supérieur dans l’énoncé, puisqu’elle représente l’un des constituants fondamentaux de la phrase et joue le rôle de complément de phrase :

groupe sujet groupe verbal
Jules a été congédié

complément de phrase
parce qu’il a fraudé son employeur

Si l’on remplace parce que par car (Jules a été congédié, car il a fraudé son employeur), on constate que la subordonnée est devenue une phrase coordonnée à la première et que, syntaxiquement, elle lui est moins étroitement liée. L’information contenue dans cette nouvelle phrase n’est pas exactement la même que celle de la précédente : car exprime une justification plutôt qu’une cause. La différence est encore plus évidente dans les phrases suivantes :

Marie est malade, car je ne l’ai pas vue de la journée.

*Marie est malade, parce que je ne l’ai pas vue de la journée.

Ici, l’emploi de parce que crée une dissonance. On pourrait dire, par exemple, que Marie est malade parce qu’elle a trop mangé, mais difficilement parce que je ne l’ai pas vue. Ce qui est en jeu, c’est la différence entre la cause et la justification. La conjonction car introduit une justification, ou mieux, une explication de ce qui précède, ce qui permet de remplacer car par en effet :

Marie est malade ; en effet, je ne l’ai pas vue de la journée.

Cette analyse nous permet de constater que la phrase introduite par parce que se situe sur le plan de l’énoncé, de ce qui est raconté ; avec car, on est sur le plan de l’énonciation : il s’agit d’une explication, d’un point de vue exprimé par quelqu’un. On comprend mieux alors que la phrase introduite par car ne soit pas une subordonnée : elle exprime plutôt un acte d’énonciation distinct, coordonné au précédent et sur lequel elle s’appuie.

Enfin, la conjonction car permet de lever une ambiguïté lorsque la première des deux phrases coordonnées est négative. Soit les phrases :

Gisèle n’a pas été choisie par le jury parce que l’un des membres est son cousin.

Gisèle n’a pas été choisie par le jury, car l’un des membres est son cousin.

Le subordonnant parce que ne permet pas – hors contexte – de comprendre vraiment cet énoncé. Gisèle a-t-elle été choisie ?…

Deux réponses possibles :

– Oui, mais son cousin n’y est pour rien.

– Non, et c’est parce que son cousin est membre du jury.

En revanche, dans la phrase où car est employé, l’ambiguïté n’est plus possible : Gisèle n’a pas été choisie.

Le fait que la conjonction car introduit un acte d’énonciation est validé par le comportement syntaxique de la phrase coordonnée. Revenons à deux exemples précédents :

Marie est malade, car je ne l’ai pas vue de la journée.

Marie est malade parce qu’elle a trop mangé.

Il est impossible de déplacer la phrase coordonnée :

*Car je ne l’ai pas vue de la journée, Marie est malade.

[Parce qu’elle a trop mangé, Marie est malade.]

Impossible, non plus, de la mettre en relief par le marqueur c’est… que :

*C’est car je ne l’ai pas vue de la journée que Marie est malade.

[C’est parce qu’elle a trop mangé que Marie est malade.]

Impossible pour cette phrase de constituer une réponse valable à la question :

Pourquoi Marie est-elle malade ?

Réponse : *Car je ne l’ai pas vue de la journée.

[Parce qu’elle a trop mangé]

À la lumière de ce qui précède, on conviendra que tout exercice scolaire visant à remplacer parce que par car, et réciproquement, reste un exercice artificiel qui empêche l’élève de saisir les différences subtiles entre les deux conjonctions.

Ajoutons que certaines phrases peuvent accepter l’une ou l’autre de ces conjonctions sans devenir des phrases agrammaticales. Mais la nuance demeure, car c’est d’abord dans l’esprit du locuteur et dans la façon dont il envisage son message que cette nuance existe. Et cette nuance doit être comprise par le destinataire.

Accord du participe passé des verbes pronominaux lundi, Juin 22 2009 

Aprendi algumas coisas interessantes sobre o accord du participe passé, matéria que eu estava revisando com meus alunos, e achei no site synapse-fr uma página muito legal que explica bem alguns detalhes sobre essa concordância.

Les verbes pronominaux se conjuguent avec l’ auxiliaire « être« . Mais certains pronominaux dits « réfléchis » (le sujet fait l’action sur lui-même : Il se lave) et « réciproques » (plusieurs sujets font l’action les uns sur les autres : Ils se réconcilient) sont parfois transitifs directs et assimilés avec les verbes se conjuguant avec l’ auxiliaire « avoir » (accord avec le complément d’objet direct si celui-ci précède).

Devant les pronominaux réfléchis et réciproques il convient de chercher et de situer le complément d’objet direct. Celui-ci peut être :

le pronom réfléchi : Elle s’est blessée = Elle a blessé qui? (souvenez-vous : le verbe est traité comme s’il était conjugué avec « avoir », donc la question se pose avec l’auxiliaire « avoir »), elle a blessé qui? = « se » mis pour elle-même = COD placé avant = accord.

– un élément autre que le pronom réfléchi : celui-ci peut être placé après et il n’intervient pas dans l’accord (Elle s’est blessé la main). Mais il peut être placé avant et force l’accord (La main qu’elle s’est blessée).

S’il n’y a pas d’objet direct le participe est invariable (Ils se sont succédé, par exemple, répond à la question « à qui? » c’est un objet indirect).

Notez : les règles et les exceptions concernant l’accord du participe passé conjugué avec « avoir« , s’appliquent pour les pronominaux réciproques et réfléchis : en particulier, lorsque le verbe est précédé d’un collectif ou nom de fraction, lorsqu’il est en rapport avec « le peu », précédé de « en », suivi d’un infinitif, etc.

En dehors des cas ci-dessus qui concernent les réfléchis et les réciproques, le participe passé des verbes pronominaux s’accorde avec le sujet. Soit que le pronom réfléchi ne soit pas analysable, soit que le verbe soit transitif indirect ou intransitif.

Elles se sont échappées.
Ils se sont repentis.
Ces fruits se sont bien vendus.
etc.

Source: http://www.synapse-fr.com/manuels/PP_PRONO.htm

Les amours, les délices, les orgues jeudi, Juin 4 2009 

Vocês sabiam que essas três palavras mudam de gênero, de acordo com o número? Complicou?

É o seguinte: l’amour, c’est masculin, et aussi le délice et l’orgue. Mais c’est trois mots sont FÉMININS au pluriel! É isso mesmo que nos explica nosso contribuinte do dia, Monsieur Pardon, também conhecido como Thiago Pérez. Suas fontes são múltiplas, incluindo gramáticas e excelentes professores, entre eles o digníssimo mestre que dá nome a este blog, Monsieur Jean Briant. Vamos lá!

On distingue le genre grammatical, pour les objets, et le genre naturel, pour les humains et les animaux. Le genre naturel peut-être masculin (ou non marqué, ou extensif), féminin (ou marqué, ou intensif) ou épicène. Certains noms changent de genre en passant du singulier au pluriel..
  • Sont masculins

aconit, aéronef, albâtre, alvéole, amalgame, ambre, antidote, antipode, antre, apogée, aréopage, armistice, asphalte, astérisque, augure, auspices, chrysanthème, éclair, effluve, emblème, éphémère, équinoxe, girofle, haltère, hémisphère, hyménée, ilote, jade, lignite, nimbe, obélisque, opprobre, ovule, pétale, planisphère, sépale, tentacule, tubercule…

  • Sont féminins

acné, acoustique, alcôve, algèbre, anagramme, antichambre, arrhes, atmosphère, autoroute, azalée, campanule, décalcomanie, ébène, échappatoire, écritoire, épigramme, épitaphe, équivoque, escarre, icône, interview, nacre, oasis, octave, orbite, oriflamme, réglisse, scolopendre…

  • Sont épicènes

acrobate, architecte, artiste, camarade, concierge, élève, enfant, secrétaire….

– une girafe mâle…
Épicène
Se dit d’un adjectif, d’un nom ou d’un pronom qui a un double genre (masculin et féminin) ou dont la forme ne varie pas avec le genre.
– enfant, concierge, élève,…
  • Changent de genre

Certains noms sont masculins au singulier et féminins au pluriel :

– amour, délice, orgue.

  • Gens
Le genre de gens peut varier suivant la construction de la phrase.
Quand gens est accompagné d’un adjectif placé après lui, ce dernier est du masculin :
– les gens mal informés…
Quand l’adjectif est placé immédiatement avant, il est du genre féminin :
– les bonnes gens…
– toutes les vieilles gens…
Dans les cas d’adjectifs ou pronoms placés avant et après gens, ceux placés avant gens prennent aussi le féminin, tandis que ceux qui le suivent restent au masculin :
– toutes ces bonnes gens sont ennuyeux…
– ces petites gens d’entre lesquels je suis sorti…
mais :
– tous les gens sensés…
– tous ces gens-là…
– tous les braves gens…
– qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens…
– instruits par l’expérience, les vieilles gens sont prudents….
– de curieux jeunes gens…
Merci, Thiago!

Le gérondif mardi, Mai 26 2009 

Vamos falar sobre o gérondif? Trata-se de um modo que suscita muitas dúvidas, e ontem eu estudei um pouco a respeito dele na minha inseparável Grammaire Progressive du Français. Ali, as explicações são bem básicas, porém esclarecedoras:

Utilisation du gérondif

  • Simultanéité de deux actions réalisées par le même sujet:

Il travaille en chantant. Il lit en marchant.

  • Cause ou circonstance (= « comment »):

Il a fait fortune en jouant. Je suis tombé en skiant.

  • Condition (= « si »):

En cherchant, on trouve.

  • « Tout » + gérondif insiste sur la simultanéité ou exprime une opposition:

Il travaille tout en écoutant la radio.     (simultanéité)

Il est malheureux, tout en étant très riche.     (opposition)

Sobre o participe présent…

  • À l’écrit, il remplace souvent « qui » + verbe:

Les personnes ayant plus de 18 ans peuvent voter.

E tem uma dica bacana para distinguir os dois modos:

Je pense à Max en dansant le tango.     (je danse)

    Je pense à Max dansant le tango.     (Max danse)

      Pelo mundo, pelo mundo afora vendredi, Mar 6 2009 

      Esta é bem boa: sabe como dizer « pelo mundo » ou « pelo mundo afora » en français? Voilà!

      • à travers le monde, de par le monde, dans toute l’étendue de la terre.

      Exemple: Il y a de par le monde beaucoup d’amis de la France.

      • Source: “Do português para o francês”, de Albert Audubert.

      O verbo « ficar » mardi, Mar 3 2009 

      Com a ajuda da Crisim, descolei umas dicas supimpas sobre como traduzir para o francês o verbo « ficar« . Nem sempre o velho amigo « rester » resolve o problema. Então vamos às dicas!

      1) « Ficar triste, espantado, supreso »: nesse caso, o melhor é usar o être. = Être triste, étonné, surpris.

      2) Se for preciso marcar mais claramente uma mudança de estado, é bom usar um auxiliar de aspecto para ajudar.

      – ficou contente: il s’en trouva content.

      – ficou pobre: il est devenu pauvre.

      – ficou velho: il est devenu vieux, il a vieilli

      – fique quieto: tiens-toi tranquille!

      3) Nem sempre dá pra traduzir o verbo ficar quando vem seguido de um gerúndio.

      – fique sabendo que… : sachez que…

      4) Para insistir sobre a mudança de estado:

      – quando o pai saiu, a criança ficou chorando: quand le père est sorti, l’enfant s’est mis à pleurer.

      5) A expressão « ficar com » é mais comumente traduzida pelo verbo avoir:

      – ficar com fome, medo, sono: avoir faim, peur, sommeil.

      – ficou com a perna quebrada: il eut la jambe cassée.

      6) Algumas vezes, será melhor traduzir « ficar com » por prendre ou garder:

      – depois de muito hesitar, disse à vendedora que ficaria com a bolsa azul : après avoir beaucoup hésité, j’ai dit à la vendeuse que je prendrais le sac bleu.

      – ele ficou três dias com este livro : il a gardé ce livre trois jours.

      • Esta dica é fruto do livro « Do português para o francês », de Albert Audubert. Uma pérola!

      L’interrogation et la réponse jeudi, Fév 19 2009 

      Savez-vous?…

      * Toutes les formes d’interrogation ci-dessous sont correctes!

      1) Intonation montante (forme la plus courante)

      – Vous êtes irlandais?

      2) Inversion du verbe et du pronom (surtout avec « vous »)

      – Êtes-vous irlandais?

      3) « Est-ce que » au début de la phrase (forme bien marqué utile au téléphone)

      – Est-ce que vous êtes irlandais?

      * Sur la réponse

      1) « Non » nie toute la question.

      – Tu travailles le samedi? – Non.

      2) « Pas » nie une partie de la question.

      – Tu travailles le samedi? – Pas le matin.

      3) « Moi aussi » confirme une affirmation.

      – Je suis marié. – Moi aussi.

      4) « Moi non plus » confirme une négation.

      – Je ne suis pas marié. – Moi non plus.

      On + adjectif mardi, Fév 17 2009 

      É comum comparar o uso do pronome « on » à expressão « a gente », por ter significado equivalente ao « nous » e ser conjugado com verbo na terceira pessoa do singular. Mas tem um detalhe importante!

      Quand le pronom « on » signifie « nous », il faut faire l’accord de l’adjectif au pluriel! (masculin ou féminin)

      Paul et moi, on est gourmands.

      Anna et moi, on est fatiguées.

      Source: Grammaire Progressive du Français – Niveau Intermediaire.

      Recettes de grammaire lundi, Fév 16 2009 

      Comprei um livrinho muito fofo e também útil, chamado « Recettes de Grammaire », da autora Marie-Noëlle Gramm (cujo nome já predestinara a mulher para a « grammaire », né?). O livro propõe explicar a gramática de modo simples, e serve desde crianças a iniciantes. Tem explicações e também exercícios.

      Recettes de grammaire

      Recettes de grammaire

      Primeira dica pescada no livro:

      – Les langues, elles s’écrivent toutes avec une minuscule, bien que les adjectifs de nationalité. Mais quand il s’agit d’un nom, c’est une majuscule! Exemples:

      Un Japonais habite près de chez moi. Dans sa maison, il y a beaucoup de choses japonaises. Moi, je ne parle pas japonais.

      Captaram?

      Depois busco mais dicas pra vocês! À bientôt! ; )

      Page suivante »